Baquet Anne

Après cinq années passées à Saint-Pétersbourg où elle complète ses études musicales, Anne Baquet enrichit sa formation par des cours de danse et de comédie. Son goût pour la diversité la mène à se produire avec le cirque de Barbarie (Berlin) et avec la compagnie Karine Saporta sur des musiques de Mickael Nyman (France, Japon, Italie, Portugal). Tout en étant chanteuse dite « lyrique », ces premières expériences professionnelles lui feront découvrir et aimer la pluridisciplinarité des arts.

C’est en 1997 qu’Anne Baquet décide de se lancer dans le récital. Elle obtient ainsi le Prix Charles Oulmont. Si son premier spectacle J’aurais voulu dev’nir chanteuse, aborde un répertoire allant de Bach à Bernstein, les suivants reproduisent la même diversité mais en intégrant des créations. Des auteurs aussi variés que François Morel, Juliette, René de Obaldia, Anne Sylvestre, Victor Haïm, Jean-Jacques Sempé, Georges Moustaki, Eric-Emmanuel Schmitt et des compositeurs tels que Thierry Escaich, Henri Dutilleux, Claude Pascal, Mauricio Kagel, Claude Bolling, François Rauber, Reinhardt Wagner, Roland Vincent composent le programme de Non, je ne veux pas chanter, récital dépassant les 400 représentations à ce jour sur Paris, la France et les pays francophones. A cette occasion, on l’entend aux Victoires de la musique classique et dans les soirées Spedidam et Adami qu’elle présente : « La nuit des musiciens » et « Les talents Midem ».

Anne Baquet a participé aux Rencontres de Bélaye où elle interprète Villa-Lobos et Chostakovitch avec l’ensemble des violoncellistes de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Elle s’est également produite à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, à l’Opéra d’Avignon ou encore à l’Opéra de Reims.

Par la suite, Anne Baquet a été amenée à enregistrer un DVD et deux CD de son spectacle (dont un avec les musiciens de l’Opéra de Paris), obtenant les « clés Télérama » et « Le choc du Monde de la Musique ». Cette saison, elle était en résidence au Carré Belle-Feuille (Boulogne-Billancourt) pour sa création Cette nuit, c’est mon jour.