Biamonte Francesco

Né à Genève, Francesco Biamonte étudie l’histoire de l’art et la littérature avant de découvrir le chant et le théâtre. Il se forme alors auprès de divers professeurs, en particulier Nicolaï Gedda et de Heidi Raymond.

Il part bientôt à la recherche de formes théâtrales singulières en tant que chanteur, librettiste, metteur en scène. Il conçoit et joue des spectacles allant de l’opéra de rue (avec sa troupe, les Farceurs lyriques) au théâtre d’ombres musical (plusieurs collaborations avec la troupe italienne Controluce), en passant par des formes exploratoires: il est ainsi basse solo de l’étonnant Pendulum Choir de Cod.Act (Grand Prix du Japan Media Arts Festival et d’Ars Electronica Linz), créé en Suisse, et donné à New York, Wroclaw, Lucerne, Malte, Toulouse, La Valette, Tokyo… Avec les mêmes créateurs, il est soliste et coach de l’ensemble vocal de la HEMU de Lausanne dans Orbital Choir, performance pour voix et projectiles humains, sur le pavillon suisse des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Dans des formes classiques, il a fait des apparitions dans les opéras de Lausanne, Rennes, Besançon, Vichy. Avec l’Avant-Scène Opéra de Neuchâtel, il aborde les grands rôles du répertoire (Don Giovanni, Basilio, Scarpia, Colline…). Friand de créations, il était récemment le Clochard de la Citadelle de Verre, nouvel opéra de Louis Crelier, dans une scénographie d’Enki Bilal, avec l’Orchestre de l’Opéra National de Géorgie; ou encore soliste des Scènes de la Vie d’un matelas d’excellente qualité de Leopold Dick au Festival de Davos, à l’affiche à Berne et à Bâle en mars 2019.

Francesco a égalemement chanté sous la direction de Leonardo Garcia Alarcón à Ambronay, Genève et Tannay (Monteverdi, Purcell), et pratiqué l’ensemble vocal avec la Cappella Mediterranea, la Sestina, Flores Harmonici, ou sous la direction de Christophe Rousset à l’Opéra de Lausanne.

Il est parfois récitant ou comédien, par exemple avec les Passions de l’Âme, dans la performance Critique brute de Ludovic Chazaud, dans l’Histoire du Soldat au festival Art-Dialog, ou encore en qualité de modérateur du mythique Helikopter-Streichquartett de Karlheinz Stockhausen au Festival Forum Wallis avec le Quatuor Arditti.