De Saint Vincent Lucie

C’est en cherchant à comprendre au plus près le langage des compositeurs à la naissance et pendant le développement du piano, que Lucie de Saint Vincent découvre le piano-forte. Alors qu’elle termine son Master de piano au Conservatoire Supérieur d’Utrecht aux Pays-Bas, elle s’intéresse à la richesse sonore des instruments à clavier qui se côtoyaient à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle.

Lucie de Saint Vincent décide d’approfondir la pratique du piano-forte au Conservatoire Royal de la Haye auprès de Bart van Oort. Dans le même temps, elle participe régulièrement aux formations professionnelles de l’Abbaye de Royaumont. Ces expériences déterminent la suite de ses projets musicaux. Grâce au musicologue Hervé Audéon et à Pierre Goy, elle s’initie au répertoire français oublié de la période classique ainsi qu’à la facture de piano-forte française. Elle en fera le sujet de recherche de ce second Master. Elle rédige en 2012 un mémoire sur “Les sonates avec accompagnement en trio (violon et violoncelle) en France entre la révolution et la fin du premier Empire”.

Lucie de Saint Vincent s’investit depuis pour faire découvrir ces compositeurs et compositrices méconnus. L’obtention du premier prix musical de la Fondation Royaumont et de l’Ambassadeur de Suisse en France en 2013 consacre son travail sur la musique française de cette époque. Elle donne à cette occasion un concert de sonates en trio aux Invalides à Paris avec des œuvres des compositeurs Onslow, Verbes, Steibelt et Ladurner. Elle continue à partager cette musique dans différents cadres : le festival Oude Muziek d’Utrecht, le Bach Festival de Dordrecht, au Fritz William Museum de Cambridge, au Musée de la Musique de Paris ou encore au Musée d’Art et d’Histoire de Genève.

Lucie de Saint Vincent s’intéresse également à l’improvisation, pratique courante depuis l’époque baroque, quelque peu perdu dans le monde classique au XXème siècle et qui revient de plus en plus au goût du jour. Aussi explore-t-elle cette direction, tant dans le répertoire classique avec Aline Zylberajch et Menno van Delft, que dans un contexte de rencontre de différentes cultures musicales avec Fabrizio Cassol et Magic Malik. Dans ses improvisations et compositions, Lucie aime inclure le piano-forte et utiliser les couleurs et effets originaux de l’instrument notamment grâce à ses registres (pédales).  Elle l’inclut également dans les projets  qu’elle a fondé et qui allient différentes influences, horizons et styles comme avec le Collectif Trytone entre classique et jazz ou l’ensemble Lâlezar entre orient et occident.

Luciedesaintvincent.com